Le Jour où j’ai choisi de devenir une « Incompétente » …et très heureuse de l’être.

Ce qui est intéressant ici, c’est que certains(es) ne se baseront que sur le titre et en tireront des conclusions erronées pour mon plus grand plaisir 😉

Le Perfectionnisme: Une qualité mal appréciée

Tout le monde veut des résultats de perfectionnistes, mais personne ne veut se donner le mal que ça demande (sauf bien sûr la personne perfectionniste). C’est donc là que les personnes perfectionnistes vont reconnaître mon point: On voit toutes sortes de monde vouloir se coller à vous, puisque qu’on sait qu’avec vous, le projet a plus de chance de réussite et que vous ne lésinerez pas dans les efforts pour que ça marche.

Les « délégueurs en série » adorent les perfectionnistes, et pas pour les bonnes raisons.

Très à l’affût de n’importe qui capable de faire sa job à sa place, le « délégueur en série » aime s’appuyer sur le perfectionniste. Loin d’être un travail d’équipe équilibré, cette situation apporte comme revers que la personne perfectionniste se ramasse à tirer une charrette sur laquelle s’appuie une équipe de lâches qui préfèrent ne rien faire et regarder l’autre se démener pour avancer. Mais rendu à la ligne d’arrivé, tout ce beau monde descend de la charrette pour récolter les honneurs et omettant bien entendu de remercier les efforts de la personne qui aura mené à bien le projet. Si le projet échoue, ce sera bien entendu que la faute du perfectionniste qui s’est démené comme pas possible pour arriver à rien.

En Conclusion: Quoiqu’il fasse pour les autres, le perfectionniste ramasse toujours la merde. Donc vaut mieux garder ses efforts pour soi.

La Débrouillardise, un bien gros problème

On aime avoir dans son entourage une personne capable de faire des petits miracles avec presque rien. Les débrouillards sont un mystère pour bien des gens. Ils réussissent à s’arranger avec moins que la normale du monde. Cette grande qualité devient un gros problème quand des gens (avec des attentes irréalistes) se greffent au débrouillard et lui demande d’arranger une situation difficile, souvent en urgence et avec en prime absolument rien (pas d’outils, pas d’instructions) pour l’aider. Autrement dit: il y a des gens qui s’imaginent que les débrouillards n’existent que pour arranger une merde majeure en faisant un miracle et sont déçus de comprendre qu’une personne débrouillarde n’est pas le Saint-Esprit et qu’il n’y aura certainement pas de miracle au menu…

On aime haïr ceux qui sont persévérants

La persévérance est une qualité qui a fait la majorité de mon succès, mais qui a comme revers que pour certaines personnes, il est insupportable de suivre quelqu’un de persévérant, une trajectoire fixe, une progression stable et constante. Ce qui complique grandement le travail d’équipe. Le persévérant est capable de faire jour après jour des efforts, même pour des résultats qui sembles invisibles, mais qui sont très satisfaisants au bout du compte. La normale des gens veulent tout, tout de suite et avec le moindre effort. Ce qui fait en sorte que le persévérant est souvent perçu comme un acharné qui ne sait pas lâcher prise.

Dans toutes sortes de domaine, on aime blâmer la personne persévérante parce qu’elle insiste pour toujours avancer alors que d’autres pensent à lâcher. La persévérance attire aussi un lot de jalousie. Qui n’a pas déjà été jaloux(se) du succès d’une connaissance qui s’est mise au sport et qui en retire des bienfaits? Cette personne ne mérite pourtant pas de jalousie, elle s’est levée chaque matin durant 6 mois et a fait les efforts que nous n’avons pas voulu faire. On reproche souvent à tord au persévérant le lot de notre propre paresse. Voir un persévérant réussir c’est comme voir le reflet de ce que nous n’avons pas voulu faire et lui en vouloir pour notre propre lâcheté.

Être serviable est une invitation à l’exploitation

Qui n’a pas déjà remarqué que certaines personnes les approchent juste pour avoir un service ? On approche certains amis qui ont un pickup juste quand vient le temps d’un déménagement, on demande à un ami bon en informatique de nous aider avec un problème. Mais ces gens qui sont serviables méritent décidément d’autres d’invitations que seulement être là quand on a besoin d’eux. On ne pense pas à payer la personne serviable. C’est rien qu’un service après tout. Parfois on ne pense même pas à remercier la personne serviable, puisqu’on se dit – à tort- que « ça allait de soit »… Mais la personne serviable a prit de son temps et de son énergie pour vous aider et la moindre des chose, c’est un minimum de reconnaissance. Pour préserver les bienfaits de certaines relations, j’irais jusqu’à dire qu’il vaut mieux savoir refuser de rendre service. Comme ça on ne fini pas exploité et plein de ressentiment.

Donne moi ce conseil précieux pour que je fasse totalement l’inverse

Qui n’a pas déjà été approché par une connaissance qui demande toujours des précieux conseils et qui vous fait perdre un temps fou à s’inspirer de vous et de votre expérience, pour ensuite faire juste à sa tête, c’est à dire totalement l’inverse de votre cheminement et qui fini son expérience en échec en vous blâmant en plus d’en être responsable? J’en ai plus que ma claque de ces grignoteurs d’énergie, ils ne font que vouloir nous utiliser et tout cela fini toujours en perte de temps majeur, et souvent même aussi en frustration…

Cultiver son « incompétence » pour son propre bien-être

Je ne veux pas dire par là de devenir incompétent(e), notre savoir et nos qualités ne s’envolent pas comme par magie, quand on est bon dans un domaine et qu’on y met des efforts, on ne peut que devenir meilleur. Ce que je veux surtout dire c’est que pour éviter de devenir exploité(e) pour nos qualités, vaut mieux parfois garder ses atouts pour soi. Vaut mieux aussi choisir à qui nous allons donner le meilleur de nous mêmes. Notre énergie est précieuse et vaut mieux ne pas l’investir sur des ingrats.

En ce sens, il me fait plaisir de devenir lentement, mais sûrement:

Une « Incompétente Heureuse » 😉

Et comme je suis très persévérante, ce cheminement est là pour durer très longtemps!

Cindy Cinnamon
Officiel: www.CindyCinnamon.com
Facebook: www.facebook.com/CindyCinnamon
Twitter: www.twitter.com/Cindy_Cinnamon
Holonis: www.holonis.com/cindycinnamon

As-tu oublié tes rêves quelque part ? Quand la procrastination sabote nos désirs…

CindyCinnamon.com – As-tu oublié tes rêves quelque part ? Quand la procrastination sabote nos désirs…

Il y a des choses qu’on aime toujours remettre à plus tard.

Non pas que nous sommes paresseux, mais surtout dû au fait que ces choses a faire ne sont pas tellement intéressantes ou moins agréables. Pourtant dans cette liste de choses qu’il faudrait bien finir par faire, plusieurs sont pour notre bien. Mais pourquoi se forcer à faire des choses qui nous tentent moins direz vous…

Remettons à demain ce qu’on aime le moins et gardons tout le plaisir pour aujourd’hui ! Notre vie n’en sera que plus belle !

L’hypothèse semble parfaite, mais dans les faits, j’en suis jamais sortie gagnante. Les choses moins plaisantes, toujours remises à demain, continuaient de s’accumuler. Jamais le présent n’était assez satisfaisant pour me faire oublier la liste de choses moches à faire qui se transformait tranquillement en montagne déplaisante que j’essayais d’éviter. Chaque demain était repoussant, parce que je savais que j’aurai repousser les choses moches à faire encore et toujours…

Je ferai ça quand j’aurai le temps

On ne se mentira pas: On trouve toujours le temps de faire ce qui est plaisant. On a aussi toujours le temps de perdre son temps. Chaque jour on gaspille passablement de temps sur des activités pas si utiles et en finale le temps passe et on se dit que ça fait longtemps qu’on aurait dû faire ceci ou cela… …Mais ce n’est toujours pas fait !

Il y a des choses qui n’arrivent jamais parce qu’on les a trop remis à demain…

Au delà des choses moches à faire, il y a aussi la catégorie « projets personnels » qui se ramasse souvent dans la catégorie « un jour peut-être »… Je ne sais pas pourquoi on fait ça, mais beaucoup de choses que nous aimerions faire ne se réalisent jamais tellement on les a remis à plus tard. Beaucoup trop de projets sont restés à l’étape du rêves et ne se concrétiseront pas juste à cause d’une seule chose: La procrastination.

L’inaction ne fait jamais progresser

Personnellement je travaille là-dessus et j’avoue que je trouve ça beaucoup plus intéressant que je l’imaginais. Je m’oblige à ne pas remettre à plus tard. J’essaye de faire le maximum que je peux faire aujourd’hui (sans tomber dans l’écœurement non plus). Mais je calcule que chaque petite chose rayée de la liste a faire est un avancement, une progression.

Avancer, concrètement: C’est 1 pas à la fois qu’on franchit des kilomètres.

C’est intéressant d’investir un petit 15 minutes chaque jour à rendre concret un projet personnel. Mine de rien, on peut atteindre nos objectifs ou réaliser un souhait juste en travaillant à sa conception un peu chaque jour. C’est aussi moins imposant de faire plein de petites choses simples, plutôt que d’essayer de tout faire en même temps ou de rester à regarder le projet s’évaporer parce qu’on ne sait pas trop par quel bout commencer…

Et le plaisir dans tout ça ?

J’ai découvert que dans mon cas procrastiner était plus épuisant moralement que d’être en constante progression. Je me suis fatigué de voir toutes ces choses que je n’ai finalement jamais faites parce que je les avais trop remises à plus tard. C’est trop démoralisant de voir que le temps passe et que les projets sont restés à l’étape de souhaits. J’ai franchement plus de fun à voir un projet prendre vie ou que j’avance dans la réalisation d’un objectif personnel. En finale, je suis beaucoup plus maître de mon existence puisque je crée un peu chaque jour de la nouveauté à mon quotidien.

Parce que le meilleur moment pour commencer c’est justement maintenant 👌

Cindy Cinnamon
Officiel: www.CindyCinnamon.com
Facebook: www.facebook.com/CindyCinnamon
Twitter: www.twitter.com/Cindy_Cinnamon
Holonis: www.holonis.com/cindycinnamon