Réflexion sur le Double Standard du « Body Positive » …pas si Positif que ça.

Depuis un bon moment, je regarde cette mode du « Body Positive » sur les médias sociaux et je suis légèrement songeuse… Je suis spectatrice de ce phénomène qui a maintenant gagné les médias traditionnels, on peut sans aucun doute parler vraiment d’un mouvement présent pour rester très longtemps.

Si au début j’étais vraiment contente de voir cette belle avancée concernant la diversité corporelle, l’acceptation de soi, des autres, la fin possible des tabous sur les couleurs de peaux, la maigreur, grosseur, les vergetures pis l’âge et les rides…

Disons que j’ai assez vite désenchantée….

On ne se racontera pas de mensonges, le Body Positive, ce n’est pas pour tout le monde. Ce mouvement est réservé à certains standards corporels et de personnes.

Je m’explique:

Vous êtes voluptueuse et vous décidez de vous dénuder pour en faire des jolies photos ou un vidéo, vous êtes parfaitement Body Positive. On vous félicitera, on aimera, c’est tendance. Vous serez un modèle pour la société. C’est exactement le genre d’exemple que plusieurs voudront enseigner à leurs enfants.

Mais:

Vous êtes une femme mince ou athlétique, vous n’êtes vraiment pas dans le standard Body Positive, même si vous vivez de l’anxiété face à votre apparence ou des complexes. Le malaise du corps est réservé exclusivement à une certaine catégorie de personnes et ce n’est pas pour vous.

De plus si vous faites de la photo dénudée, vous êtes dans la catégorie « agace », « pute à Like » ou bien encore vous serez catégorisée « un bien mauvais exemple pour nos enfants ».

Voluptueuse qui se dénude pour faire passer un message? Vous serez ovationnée. Vous avez trouvé une excellente manière pour vous faire voir et entendre.

Femme standard qui utilise son corps pour vivre ou réaliser une forme d’art? Vous exagérez. Soyez honteuses de ce que vous faites, vous ne vous respectez pas.

Vous croyez que j’exagère? Et pourtant pas du tout.

J’ai scanné les commentaires sur les médias sociaux face à certaines situations et ça ne laisse aucun doute:

Une artiste connue (et mince) est mannequin pour sa propre collection de lingerie? Les commentaires: Elle s’exhibe, elle va nuire à sa carrière, elle est un mauvais exemple pour nos enfants.

Une animatrice connue (mince) lance sa gamme de maillot et ose dire publiquement qu’elle vit certaines journées difficiles avec son apparence physique? Les commentaires: Elle se ridiculise, elle devrait se taire, elle se plaint pour rien, qu’elle retourne s’habiller, elle n’a aucun talent…

Une chanteuse (mince) se dénude pour une affiche de tournée. Les commentaires: elle manque d’attention, elle n’a rien d’autres à offrir de toutes manières.

Une athlète (mince) qui publie un peu (beaucoup) de photo en maillot. Les commentaires: Ça encourage le non respect des femmes. C’est vulgaire. Elle est sans génie…

Une influenceuse (mince) choisie rentabiliser son apparence physique en se dénudant pour un site payant privé. Les commentaires: Quel manque de respect pour elle même et son publique. C’est donc bien un mauvais exemple pour nos enfants…

Une chanteuse (en perte de poids) montre sa nouvelle image dans les médias. Les commentaires: Elle est toxique. Maigrir c’est mal. Elle aurait du s’accepter comme elle était. Elle envoi en bien mauvais message à nos enfants.

Deux artistes (âgées) dans la quarantaine et cinquantaine font un spectacle musical mondial avec des vêtements sexy. Les commentaires: Quelles mauvaises images de la femme. Elles sont une honte de se trémousser a leur âge. C’était de très mauvais goût.

Humoriste féminine (voluptueuse) nue en photo de voyage. Les commentaires: Bravo ça en prend plus de monde comme elle. Elle s’explique avec un discours puissant et inspirant.

Une chanteuse (voluptueuse) se mets nue dans un vidéoclip. Les commentaires: Vive la libération du corps de la femme. Vive l’acceptation de soi. Elle est un exemple d’audace artistique.

Je m’arrête ici, parce que la liste pourrait être très longue. Comme vous voyez, le Body Positive ce n’est pas pour tout le monde, ce droit au respect est limité qu’à une certaine catégorie de personnes et à mon avis ce mouvement n’est pas positif du tout, vu ses exclusions.

Je serai enchantée du mouvement Body Positive le jour où celui ci inclura tout le monde, de toutes les couleurs, grosseurs, grandeur, âge, plis et cicatrices.

Les jour où la nudité et la sensualité sera autant respectée qu’on soit mince ou ronde, âgée ou jeune, là je serai prête à embarquer. Mais c’est pas demain que ça arrivera.

Cindy Cinnamon
Officiel: www.CindyCinnamon.com
Facebook: www.facebook.com/CindyCinnamon
Twitter: www.twitter.com/Cindy_Cinnamon
Holonis: www.holonis.com/cindycinnamon

www.BijouterieBrillance.com http://www.BijouterieBrillance.com

Parce que Non ça veut dire Non: Quelques statistiques Canadiennes sur les Agressions Sexuelles

Parce que Non ça veut dire Non:  Quelques statistiques Canadiennes sur les Agressions Sexuelles
Parce que Non ça veut dire Non: Quelques statistiques Canadiennes sur les Agressions Sexuelles

Un crime qui n’est pas encore assez dénoncé:

Selon les données de l’Enquête sociale générale (ESG) de 2004 sur la victimisation, environ 1 agression sexuelle sur 10 est signalée à la police.

Source: Statistique Canada

________________________

En 2009, au Québec, 5 293 infractions sexuelles ont été enregistrées par les corps policiers.

33 % des infractions sexuelles enregistrées en 2009 ont été signalées à la police le jour même de leur perpétration, tandis que 22 % l’ont été plus d’un an après avoir été commises.

83 % des victimes étaient de sexe féminin: 52 % jeunes filles de moins de 18 ans, 31 % femmes adultes, 17 % étaient des victimes masculine. 14 % jeunes garçons de moins de 18 ans, 3 % hommes adultes.

66 % des victimes avaient moins de 18 ans: 52 % des filles, 14 % des garçons.
10 % 5 ans ou moins, 19 % de 6 à 11 ans, 20 % de 12 à 14 ans, 17 % de 15 à 17 ans, 13 % de 18 à 24 ans, 21 % 25 ans ou plus.

Les auteurs présumés d’infractions sexuelles étaient principalement de sexe masculin (97 %). Ils étaient majoritairement des adultes (79 %) : 19 % étaient âgés de 12 à 17 ans, 14 % de 18 à 24 ans, 16 % de 25 à 34 ans, 20 % de 35 à 44 ans, 15 % de 45 à 54 ans, 14 % de 55 ans ou plus.

Source: www.agressionssexuelles.gouv.qc.ca
________________________

Les victimes d’infractions sexuelles connaissent l’accusé dans 80 % des cas. (Statistique Canada, 2002)

Un peu plus de 8 victimes sur 10 (81%) connaissaient l’auteur de l’agression. La majorité des victimes (69%) ont été agressées dans une résidence privée, les autres l’ayant été principalement dans un établissement commercial (6%), sur la voie publique (6%), dans un établissement d’enseignement (5%) et dans un établissement d’utilité publique (4%), tel qu’un aréna, un hôpital ou une garderie. (Ministère de la Sécurité publique, Statistiques 2008 sur les agressions sexuelles au Québec)

Chaque année, près de 87 000 Québécoises âgées de plus de 15 ans seraient victimes d’agression sexuelle. (Enquête La violence faite aux femmes, Statistique Canada, 1993)

1 femme sur 7 aurait été violée par son conjoint. (Recherche Les agressions sexuelles, Groupe de travail sur les agressions à caractère sexuel et Conseil du statut de la femme, 1995)

Près de 83 % des viols sont planifiés ou prémédités. (Recherche Les agressions sexuelles, Groupe de travail sur les agressions à caractère sexuel et Conseil du statut de la femme, 1995)

Source: Point d’Appui
________________________

Seulement 10 % des agressions sexuelles commises contre des femmes sont rapportées à la police. Si on extrapole à partir des données disponibles, on arrive au chiffre annuel de 509 860 agressions sexuelles signalées ou non au Canada, soit 1 397 agressions par jour. Ce qui veut dire que, chaque minute de chaque journée, une femme ou un enfant au Canada subit une agression sexuelle.

Une enquête menée par le Réseau d’action des femmes handicapées du Canada révèle que 40 % des femmes handicapées ont déjà été violées, maltraitées ou agressées.

Source: Institut Canadien de Recherches sur les Femmes
________________________

En terminant, il est important de ne pas garder sous silence les agressions sexuelles. Vous connaissez quelqu’un qui a besoin d’aide à ce sujet ? Voici des ressources autant pour les Victimes que pour les Agresseurs: Parce que Non veut dire Non.

Cindy Cinnamon
Officiel: www.CindyCinnamon.com
Facebook: www.facebook.com/CindyCinnamon
Twitter: www.twitter.com/Cindy_Cinnamon

Archives: Quelques autres Statistiques intéressantes disponibles ici