Fragilisés par l’Abondance

Depuis le début de la crise du COVID-19, je regarde avec inquiétude la situation mondiale progresser, et c’est surtout les réactions des gens qui attirent mon attention…

Pour beaucoup, ce n’est qu’un Coronavirus qui se promène à travers le monde, mais qui ne les atteindra pas. Comme si une catégorie de personne était exclue et protégée de tout ça… Et puis le méchant virus se reproche et crée des situations inconnues…

Puis est arrivé « Le Manque »

Coupure d’emplois, manque de revenus et en supplément: manque de produits nécessaires sur les tablettes. Et à ma grande surprise, il y a des gens qui n’ont pas compris ce manque. Une pénurie crée par une demande mondiale accrue (concernant les masques, le gel désinfectant, gants), mais aussi la pénurie crée par la folie humaine (Papier de toilette, nettoyants, nourriture).

La surprenante incompréhension

Et là j’ai été très surprise de voir des gens qui ne comprenaient pas pourquoi une pénurie, pourquoi des montées de prix, n’avoir aucune notion de la loi de l’offre et de la demande.

« On ne peut pas manquer de « telle chose » j’en ai besoin »

– Oui mais tout le monde en a besoin en même temps, c’est normal qu’il en manque…

« Je veux autant de produits que d’habitude et au même prix que d’habitude »

– Oui mais on n’est pas dans une situation normale. Quand un produit manque, il manque. Donc il pourrait devenir plus rare, donc plus cher.

« Il ne peut pas en manquer, les usines en produisent, donc pourquoi y en a pas? »

– Peut être, mais pas suffisamment pour suffire? Il me semble que c’est simple…

Mais il n’y a rien à faire. Il y en a qui ne comprennent juste pas.

Alors je me suis questionnée sur pourquoi cette incompréhension. J’ai cherché sincèrement le pourquoi ce déni de la situation chez de nombreuses personnes. Puis soudainement tout est devenu clair quand quelqu’un m’a dit:

« Oui mais j’ai jamais manqué de rien et c’est pas demain que ça va commencer… »

La voilà donc la réponse….

Ils ne peuvent pas comprendre, ils n’ont jamais manqué de rien.

Je remercie sincèrement cette personne pour sa franchise.

Qui a déjà vécu en sachant qu’il allait se se lever le matin en sachant qu’il ne mangerait probablement pas, ou manger de la nourriture avariée? Qui a déjà vécu en manquant du nécessaire, du strict minimum? Très peu de gens en fait. Un faible pourcentage de notre population trop privilégiée. Moi j’ai vécu ça…

Comment demander à des gens qui n’ont jamais manqué de rien de comprendre une pénurie? Mission difficile. Car cet apprentissage est personnel. Devant le manque certains(es) deviendront extrêmement plus démunis que ceux qui ont déjà connu la privation. Quand il est inconcevable pour une personne de manquer de sa sauce pour pastas commerciale préférée sinon elle est incapable de se nourrir, c’est grave…

Quoi répondre à quelqu’un qui pense que dans une pandémie mondiale, toute l’économie va demeurer parfaitement stable ? Quoi dire à une personne qui ne comprend pas que si tout le monde achète trop de papier cul, oui c’est normal que ça crée une pénurie? Comment expliquer le phénomène des tablettes vides à l’épicerie a des gens qui pensent que l’approvisionnement en denrées est sans fin?

Nous vivons dans une société où l’abondance a fragilisée beaucoup de personnes. Notre situation de personnes privilégiées et où il est normal de ne manquer de rien à créé collectivement une belle naïveté… Le réveil pourrait être particulièrement brutal.

Quand on a jamais manqué de rien il est inconcevable de l’imaginer…

Cindy Cinnamon
Officiel: www.CindyCinnamon.com
Facebook: www.facebook.com/CindyCinnamon
Twitter: www.twitter.com/Cindy_Cinnamon
Holonis: www.holonis.com/cindycinnamon

www.BijouterieBrillance.com http://www.BijouterieBrillance.com

Les Leggings font toujours plus mal aux envieux qui regardent qu’à celle qui les porte.

Tiens c’est drôle… J’ai lu dernièrement un article d’un magazine de mode sur internet qui expliquait en détails ce que les femmes devraient porter (et ne plus faire) après 40 ans, après 50 ans, après 60 ans…

Il semblerait qu’après un certain âge, les cheveux longs c’est non. Le maquillage le moins possible… Il semblerait aussi que la mini-jupe ou les pantalons ajustés non plus. Faudrait oublier aussi les leggings…

Ensuite j’ai vu les critiques sur le show du Super Bowl concernant l’habillement jugé soit disant trop sexy pour des artistes féminines dans la quarantaine et cinquantaine…

J’avoue que ça m’a laissée songeuse…

C’est écrit où cette loi qu’après un certain âge, les femmes doivent absolument renoncer à leur féminité et leur sex appeal? On leur suggère de se couper la chevelure pour les rendre « Madame », de se couvrir le corps puisqu’il serait en train de vieillir? Ce ne sont certainement pas des conseils pour respecter les femmes…

C’est quand même drôle que pendant que les hommes gagnent en charme avec l’âge, nous les femmes il semblerait que nous soyons dotées d’une date d’expiration. Après un certain âge, hop vous êtes maintenant devenue trop mûre ou même flétrie. C’est quoi cette absurdité? J’en reviens pas lorsque j’entend même des femmes rappeler à d’autres qu’elles n’ont plus l’âge de « insérer ici quelque chose de cool »… Comme si entres-femmes nous avions besoin de « La Police du Bon Goût »..

Puis j’ai pensé: Tiens moi aussi j’approche de l’Age d’Or…

Dans même pas 4 ans, je vais être officiellement dans l’Âge d’Or. Je pourrais faire partie de la gang de la FADOQ et je pourrais même avoir droit à différents rabais pour les aînés… Mais whooo là minute: J’ai encore 26 ans dans mon cœur ! Je ne me sent pas « vieille » et je ne vois pas pourquoi l’Age d’Or devrait avoir une connotation négative. Au contraire, nous avons la possibilité de pouvoir avancer en âge en bonne forme physique, en beauté et en conservant nos atouts.

Il est hors de question que je coupe mes cheveux et que je renonce au maquillage. Pis je porterai bien le linge que je veux porter. N’en déplaise aux coincés(es). Vais-je porter des leggings encore longtemps? Très certainement: Parce que je sais que les leggings font plus mal aux envieux(ses) qui regardent qu’à celle qui les porte 😉

Ce n’est pas demain la veille qu’on va me dire quoi faire.

Cindy Cinnamon
Officiel: www.CindyCinnamon.com
Facebook: www.facebook.com/CindyCinnamon
Twitter: www.twitter.com/Cindy_Cinnamon
Holonis: www.holonis.com/cindycinnamon

Et si au lieu d’être blasés en 2020 nous étions tous reconnaissants?

J’adore débuter les nouvelles années, avoir l’impression d’un renouveau, l’inspiration de commencer une toute nouvelle étape de ma vie. Parce qu’on ne se le cachera pas: La vie passe vite et il est trop facile de perdre son temps…

Ces Résolutions qu’on ne veut pas prendre…

Partout autours de moi j’entends les gens être blasés de tout: Noël c’est plate, la vie c’est ordinaire, y a pas d’avenir, la peur de l’engagement, a quoi bon prendre des Résolutions qu’on ne tiendra pas…

Je ne comprends tellement pas ce genre de discours défaitiste et j’ai souvent l’impression que le monde se donnent un style blasés, mais que dans le fond ils meurent d’envie de voir des choses changer, bouger, s’améliorer pour eux.

Tellement peur de l’engagement qu’on ne s’engage même plus envers soi-même…

Non seulement on ne veut pas s’impliquer, s’engager, se promettre, mais on sait déjà d’avance (et on se fait un devoir de le dire partout) qu’on ne tiendra pas parole. C’est en discours étrange quand on y regarde de plus près: On annonce déjà à tous, fièrement et publiquement qu’on est peu fiable, tellement qu’on ne se fait pas confiance à nous meme…

Pourquoi se forcer quand on peut choisir la facilité?

On vit dans un monde où il est recommandé de faire le moindre effort possible, de surtout pas se forcer en quoique ce soit. Le dépassement de soi est méprisable. Alors je comprend très bien la mentalité de ne pas vouloir s’engager envers soi-même avec des Résolutions, puisque ça pourrait impliquer certains efforts qu’on ne veut surtout pas mettre… On préfère mourrir à rien faire plutôt que de se forcer à mieux vivre.

Sommes nous blasés parce que nous avons des attentes irréalistes?

Dans la loi du moindre effort, vient souvent juste à côté les attentes irréalistes envers la vie. On veut des résultats sur des choses qu’on ne veut pas faire. C’est aussi insensé que vouloir gagner une course olympique assis dans son salon. Quand on a des hautes espérances faut y mettre l’effort. Sinon a quoi bon attendre des miracles?

J’aime prendre des Résolutions.

Je ne choisis que des choses réalistes qu’il est possible que j’améliore en moi et je trouve qu’une année c’est un bon délais pour mettre en marche quelque chose destiné à améliorer toute notre vie. Investir sur soi est la meilleure chose que nous puissions faire. Je n’attends pas de miracle mais je crois en la force de la constance. Telle l’eau qui coule constamment peut arriver à couper la pierre, je suis persuadée que chaque petite chose faites jour après jour donne des résultats puissant et permanent.

La Gratitude en Résolution

Vive les Résolutions Simples: L’an dernier j’ai débuté un Journal de Gratitude. J’ai choisis cette Résolution pour me recentrer face à ma vie, face à moi-même, pour comprendre si mes satisfactions/insatisfactions sont justifiées et me réajuster face à tout ça. Je suis du genre à penser qu’il n’y a rien de plus insensé que de voir quelqu’un courir en ronds sans savoir où il va. Dans la course de la vie, il est tellement facile de se perdre. J’avais donc un urgent besoin de me retrouver.

J’ai donc fait ce journal sans trop y croire, un peu inquiète même de savoir si j’aurai de quoi y écrire chaque jour. Il est même arrivé que je me force à le faire, certains jours n’avaient absolument rien de gratifiants et je l’ai inscrit. Au bout de quelque temps, l’exercice a été plus facile à faire. Au bout de quelques mois j’ai retrouver des joies que je pensaient perdues… Au bout d’un An je suis vraiment fière de l’avoir fait. Ce journal m’a apporté les réponses profondes que je désespérais avoir un jour. J’ai aussi retrouvé la paix que je voulais tellement. C’est un exercice que je compte continuer et que je recommande à tous. Cette résolution est ultra simple et très productive.

Et si au lieu d’être blasés en 2020 nous étions tous reconnaissants?

Cindy Cinnamon
Officiel: www.CindyCinnamon.com
Facebook: www.facebook.com/CindyCinnamon
Twitter: www.twitter.com/Cindy_Cinnamon
Holonis: www.holonis.com/cindycinnamon

Le Jour où j’ai choisi de devenir une « Incompétente » …et très heureuse de l’être.

Ce qui est intéressant ici, c’est que certains(es) ne se baseront que sur le titre et en tireront des conclusions erronées pour mon plus grand plaisir 😉

Le Perfectionnisme: Une qualité mal appréciée

Tout le monde veut des résultats de perfectionnistes, mais personne ne veut se donner le mal que ça demande (sauf bien sûr la personne perfectionniste). C’est donc là que les personnes perfectionnistes vont reconnaître mon point: On voit toutes sortes de monde vouloir se coller à vous, puisque qu’on sait qu’avec vous, le projet a plus de chance de réussite et que vous ne lésinerez pas dans les efforts pour que ça marche.

Les « délégueurs en série » adorent les perfectionnistes, et pas pour les bonnes raisons.

Très à l’affût de n’importe qui capable de faire sa job à sa place, le « délégueur en série » aime s’appuyer sur le perfectionniste. Loin d’être un travail d’équipe équilibré, cette situation apporte comme revers que la personne perfectionniste se ramasse à tirer une charrette sur laquelle s’appuie une équipe de lâches qui préfèrent ne rien faire et regarder l’autre se démener pour avancer. Mais rendu à la ligne d’arrivé, tout ce beau monde descend de la charrette pour récolter les honneurs et omettant bien entendu de remercier les efforts de la personne qui aura mené à bien le projet. Si le projet échoue, ce sera bien entendu que la faute du perfectionniste qui s’est démené comme pas possible pour arriver à rien.

En Conclusion: Quoiqu’il fasse pour les autres, le perfectionniste ramasse toujours la merde. Donc vaut mieux garder ses efforts pour soi.

La Débrouillardise, un bien gros problème

On aime avoir dans son entourage une personne capable de faire des petits miracles avec presque rien. Les débrouillards sont un mystère pour bien des gens. Ils réussissent à s’arranger avec moins que la normale du monde. Cette grande qualité devient un gros problème quand des gens (avec des attentes irréalistes) se greffent au débrouillard et lui demande d’arranger une situation difficile, souvent en urgence et avec en prime absolument rien (pas d’outils, pas d’instructions) pour l’aider. Autrement dit: il y a des gens qui s’imaginent que les débrouillards n’existent que pour arranger une merde majeure en faisant un miracle et sont déçus de comprendre qu’une personne débrouillarde n’est pas le Saint-Esprit et qu’il n’y aura certainement pas de miracle au menu…

On aime haïr ceux qui sont persévérants

La persévérance est une qualité qui a fait la majorité de mon succès, mais qui a comme revers que pour certaines personnes, il est insupportable de suivre quelqu’un de persévérant, une trajectoire fixe, une progression stable et constante. Ce qui complique grandement le travail d’équipe. Le persévérant est capable de faire jour après jour des efforts, même pour des résultats qui sembles invisibles, mais qui sont très satisfaisants au bout du compte. La normale des gens veulent tout, tout de suite et avec le moindre effort. Ce qui fait en sorte que le persévérant est souvent perçu comme un acharné qui ne sait pas lâcher prise.

Dans toutes sortes de domaine, on aime blâmer la personne persévérante parce qu’elle insiste pour toujours avancer alors que d’autres pensent à lâcher. La persévérance attire aussi un lot de jalousie. Qui n’a pas déjà été jaloux(se) du succès d’une connaissance qui s’est mise au sport et qui en retire des bienfaits? Cette personne ne mérite pourtant pas de jalousie, elle s’est levée chaque matin durant 6 mois et a fait les efforts que nous n’avons pas voulu faire. On reproche souvent à tord au persévérant le lot de notre propre paresse. Voir un persévérant réussir c’est comme voir le reflet de ce que nous n’avons pas voulu faire et lui en vouloir pour notre propre lâcheté.

Être serviable est une invitation à l’exploitation

Qui n’a pas déjà remarqué que certaines personnes les approchent juste pour avoir un service ? On approche certains amis qui ont un pickup juste quand vient le temps d’un déménagement, on demande à un ami bon en informatique de nous aider avec un problème. Mais ces gens qui sont serviables méritent décidément d’autres d’invitations que seulement être là quand on a besoin d’eux. On ne pense pas à payer la personne serviable. C’est rien qu’un service après tout. Parfois on ne pense même pas à remercier la personne serviable, puisqu’on se dit – à tort- que « ça allait de soit »… Mais la personne serviable a prit de son temps et de son énergie pour vous aider et la moindre des chose, c’est un minimum de reconnaissance. Pour préserver les bienfaits de certaines relations, j’irais jusqu’à dire qu’il vaut mieux savoir refuser de rendre service. Comme ça on ne fini pas exploité et plein de ressentiment.

Donne moi ce conseil précieux pour que je fasse totalement l’inverse

Qui n’a pas déjà été approché par une connaissance qui demande toujours des précieux conseils et qui vous fait perdre un temps fou à s’inspirer de vous et de votre expérience, pour ensuite faire juste à sa tête, c’est à dire totalement l’inverse de votre cheminement et qui fini son expérience en échec en vous blâmant en plus d’en être responsable? J’en ai plus que ma claque de ces grignoteurs d’énergie, ils ne font que vouloir nous utiliser et tout cela fini toujours en perte de temps majeur, et souvent même aussi en frustration…

Cultiver son « incompétence » pour son propre bien-être

Je ne veux pas dire par là de devenir incompétent(e), notre savoir et nos qualités ne s’envolent pas comme par magie, quand on est bon dans un domaine et qu’on y met des efforts, on ne peut que devenir meilleur. Ce que je veux surtout dire c’est que pour éviter de devenir exploité(e) pour nos qualités, vaut mieux parfois garder ses atouts pour soi. Vaut mieux aussi choisir à qui nous allons donner le meilleur de nous mêmes. Notre énergie est précieuse et vaut mieux ne pas l’investir sur des ingrats.

En ce sens, il me fait plaisir de devenir lentement, mais sûrement:

Une « Incompétente Heureuse » 😉

Et comme je suis très persévérante, ce cheminement est là pour durer très longtemps!

Cindy Cinnamon
Officiel: www.CindyCinnamon.com
Facebook: www.facebook.com/CindyCinnamon
Twitter: www.twitter.com/Cindy_Cinnamon
Holonis: www.holonis.com/cindycinnamon

As-tu oublié tes rêves quelque part ? Quand la procrastination sabote nos désirs…

CindyCinnamon.com – As-tu oublié tes rêves quelque part ? Quand la procrastination sabote nos désirs…

Il y a des choses qu’on aime toujours remettre à plus tard.

Non pas que nous sommes paresseux, mais surtout dû au fait que ces choses a faire ne sont pas tellement intéressantes ou moins agréables. Pourtant dans cette liste de choses qu’il faudrait bien finir par faire, plusieurs sont pour notre bien. Mais pourquoi se forcer à faire des choses qui nous tentent moins direz vous…

Remettons à demain ce qu’on aime le moins et gardons tout le plaisir pour aujourd’hui ! Notre vie n’en sera que plus belle !

L’hypothèse semble parfaite, mais dans les faits, j’en suis jamais sortie gagnante. Les choses moins plaisantes, toujours remises à demain, continuaient de s’accumuler. Jamais le présent n’était assez satisfaisant pour me faire oublier la liste de choses moches à faire qui se transformait tranquillement en montagne déplaisante que j’essayais d’éviter. Chaque demain était repoussant, parce que je savais que j’aurai repousser les choses moches à faire encore et toujours…

Je ferai ça quand j’aurai le temps

On ne se mentira pas: On trouve toujours le temps de faire ce qui est plaisant. On a aussi toujours le temps de perdre son temps. Chaque jour on gaspille passablement de temps sur des activités pas si utiles et en finale le temps passe et on se dit que ça fait longtemps qu’on aurait dû faire ceci ou cela… …Mais ce n’est toujours pas fait !

Il y a des choses qui n’arrivent jamais parce qu’on les a trop remis à demain…

Au delà des choses moches à faire, il y a aussi la catégorie « projets personnels » qui se ramasse souvent dans la catégorie « un jour peut-être »… Je ne sais pas pourquoi on fait ça, mais beaucoup de choses que nous aimerions faire ne se réalisent jamais tellement on les a remis à plus tard. Beaucoup trop de projets sont restés à l’étape du rêves et ne se concrétiseront pas juste à cause d’une seule chose: La procrastination.

L’inaction ne fait jamais progresser

Personnellement je travaille là-dessus et j’avoue que je trouve ça beaucoup plus intéressant que je l’imaginais. Je m’oblige à ne pas remettre à plus tard. J’essaye de faire le maximum que je peux faire aujourd’hui (sans tomber dans l’écœurement non plus). Mais je calcule que chaque petite chose rayée de la liste a faire est un avancement, une progression.

Avancer, concrètement: C’est 1 pas à la fois qu’on franchit des kilomètres.

C’est intéressant d’investir un petit 15 minutes chaque jour à rendre concret un projet personnel. Mine de rien, on peut atteindre nos objectifs ou réaliser un souhait juste en travaillant à sa conception un peu chaque jour. C’est aussi moins imposant de faire plein de petites choses simples, plutôt que d’essayer de tout faire en même temps ou de rester à regarder le projet s’évaporer parce qu’on ne sait pas trop par quel bout commencer…

Et le plaisir dans tout ça ?

J’ai découvert que dans mon cas procrastiner était plus épuisant moralement que d’être en constante progression. Je me suis fatigué de voir toutes ces choses que je n’ai finalement jamais faites parce que je les avais trop remises à plus tard. C’est trop démoralisant de voir que le temps passe et que les projets sont restés à l’étape de souhaits. J’ai franchement plus de fun à voir un projet prendre vie ou que j’avance dans la réalisation d’un objectif personnel. En finale, je suis beaucoup plus maître de mon existence puisque je crée un peu chaque jour de la nouveauté à mon quotidien.

Parce que le meilleur moment pour commencer c’est justement maintenant 👌

Cindy Cinnamon
Officiel: www.CindyCinnamon.com
Facebook: www.facebook.com/CindyCinnamon
Twitter: www.twitter.com/Cindy_Cinnamon
Holonis: www.holonis.com/cindycinnamon

L’opinion des autres, souvent un obstacle au succès.

 

639BFE0E-2070-4B38-86B9-6AFDFACF921E
Cindy Cinnamon

Nous avons tous un potentiel unique

Souvent on se dit: « Mais j’ai rien d’intéressant à dire, à montrer, ou à faire… » et c’est à mon avis une grave erreur. Je crois qu’en chaque personne il y a un potentiel unique.  Se comparer aux autres est,  dans mon cas, un frein à l’expression de qui je suis.  C’est pourquoi j’évite le plus possible de le faire.  Toute ma vie est basée sur « faire différemment » ou « ne rien faire comme tout le monde » ou « suivre mon chemin ».

Évoluer quand on choisis le chemin le moins facile

Tracer son chemin en choisissant les avenues les moins populaires, c’est ce qui me représente le plus.  J’ai performé dans des milieux qui étaient déclarés par tous comme étant « sans avenir » ou « borderline ».  

Malgré tout, en persévérant, mon chemin que tout le monde boudait est maintenant reconnu. Ça n’a pas été facile, j’ai encore droit à certains préjugés, mais ma persévérance me confirme que j’ai fait les bons choix.

L’opinion des autres, souvent un obstacle au succès.

Le plus grand frein a l’évolution personnelle est a mon avis de se soucier de l’opinion des autres.  Si j’écoute et je lis tout ce qu’on pense de moi, naturellement j’essayerai de plaire a tous (ce qui est impossible) ou je m’oublierai moi-même (ce qui est inutile).  Ca ne vaut donc jamais la peine d’accorder de l’importance à l’opinion des autres.

Vous remarquerez que c’est souvent ceux qui pensent savoir comment gérer votre vie, qui réussissent le moins a gérer leur propre existence.  Ca explique bien des choses 😉

À chacun sa chance. On fait sa chance.

Rien n’arrive par miracle.  Il faut mettre la chance de son bord en faisant d’abord des actions concrètes. Personnellement j’ai une tendance à craindre le premier pas. On dirait que c’est toujours celui qui me bloque le plus. Est-ce que je vais dans la bonne direction? Est-ce que ça va me mener là où je veux aller? Comme je connais cet obstacle personnel, c’est à ce moment précis que j’intensifie mon effort. La suite se fait beaucoup facilement. Le doute est le pire ennemi, beaucoup restent paralysés à cette étape. J’ai compris qu’il valait mieux que j’écoute mes désirs plutôt que mes doutes.

Mais pourquoi cette réflexion?

Je suis à une étape de ma vie où je regarde le chemin que j’ai parcouru, celui qui me reste à faire, avec en plus le temps qui passe à une vitesse fulgurante. J’ai le goût de faire les plans que j’avais constamment reportés ou que j’avais mis dans la catégorie « peut-être un jour ». J’ai le goût de bouger, le premier pas ne me fait plus peur. Je suis consciente que j’ai milles choses à dire, à faire, à montrer. J’ai le goût d’être inspirée.

Je profite donc de mon été pour débuter des projets qui me tiennent à cœur.

Est-ce que ça en vaut vraiment la peine?

Ma réponse est: C’est quand les autres disent que ça n’en vaut pas la peine, qu’on est le plus près du succès.  Et ça, peu importe le domaine. Débute donc aujourd’hui même !

Parce qu’attendre ne mène à rien d’autre que l’impatience…

Cindy Cinnamon
Officiel: www.CindyCinnamon.com
Facebook: www.facebook.com/CindyCinnamon
Twitter: www.twitter.com/Cindy_Cinnamon
Holonis: www.holonis.com/cindycinnamon

2012 : Une toute petite résolution qui va faire une grosse différence

[tweetmeme source=”Cindy_Cinnamon” only_single=false]

Like This!

Résolution 2012
Résolution 2012

Pour la nouvelle année qui vient, je prends une seule résolution.

Toute petite et toute simple mais qui va faire une énorme différence pour moi.

Que 2012 commence tout en joie et en plaisirs 🙂 Parce que je le mérite bien ♡

Cindy Cinnamon
Officiel: www.CindyCinnamon.com
Facebook: www.facebook.com/CindyCinnamon
Twitter: www.twitter.com/Cindy_Cinnamon
Google+: www.plus.google.com/CindyCinnamon